Lundi 11 décembre 2017
L'ancienne chapelle de la Gatelière

Fondée en 1548 par Jean BRISART, prêtre et vicaire de Noyant, la chapelle de la Gatelière qui était encore la présentation des BRISART en 1577, passa en 1690 à celle de l'évêque d'Angers.

Une cloche pesant 30 Kg fut placée en 1548 par le fondeur. Elle portait les inscriptions suivantes : « le 15 ème jour de juin de l'an 1548 Jehan BRISART preste fondateur de céans. ». Cette cloche fut déposée après 1844 et placée devant la chapelle. Il semblerait qu'elle se trouve de nos jours au presbytère du Bourg d'Iré. Le calvaire de la Gatelière Le calvaire de la Gatelière

Le titulaire de la chapelle, François GUINEHEU, sous chantre de l'église St Laud arrente le temporel en 1711 pour la somme de 15 livres. Ce temporel fut vendu par les arrentiers à Monsieur Jean BRILLET, un tanneur de Nyoiseau en 1760.

Le service spirituel était célébré dans l'église de Noyant. Cette chapelle qui existait encore en 1807 était alors dans la possession d'un sieur POULAIN qui la conserva et la détruisit petit à petit, ceci malgré les réclamations du conseil de fabrique de paroisse. Les ruines passèrent ensuite dans différentes familles puis furent acquises en 1914 par la société des ardoisières.

La chapelle n'existant plus, une maison d'habitation l'a remplacée. A l'aide du cadastre de 1828, il est facile de la localiser : les parcelles n° 201, 202, 205, 208. Le n° 205, en 1920, était la maison de Mme veuve BERTHELOT.
La fenêtre ronde, visible à l'intérieur du grenier, était sans doute autrefois le vitrail qui surmontait la porte d'entrée.

Nous retrouvons le fronton qui nous rappelle le passage des templiers dans notre région sur le piédestal du calvaire de la Gatelière. Ces figurines représentées ont été sculptées par les compagnons du devoir de l'époque.

Des recherches plus récentes pourraient laisser croire que les figurines ornant ce fronton n'auraient rien à voir avec des coquilles St-Jacques. Elles représenteraient plutôt les armoiries d'un curé fondateur de la paroisse du Tremblay qui habitait Noyant à l'époque.

Cette chapelle était dédiée à St-Aventin ( ou St-Avertin), solitaire champenois du VI ème siècle.
Une statue du saint fut enlevée en 1825 de l'église de Noyant. Des statues de St Blaise, St Sébastien et de St Aventin étaient visibles sur l'autel de St Sébastien à Noyant.


Selon Célestin PORT.

 
Comuneo / eZPublish © Inovagora | Plan du site | Mentions légales | Crédits |
Menu haut Contenu Accessibilité Accueil Plan du site Rechercher sur le site Contact Mentions légales