Lundi 22 janvier 2018
Les moulins de Noyant-La-Gravoyère

On a pu dénombrer trois moulins sur la commune de Noyant-la-Gravoyère, deux à eau et un à vent. De nos jours, il ne reste plus que les vestiges des moulins à eau qui étaient alimentés par les étangs.

Le moulin de la Corbinière en 1917 Le moulin de la Corbinière en 1917 On retrouve les vestiges du premier à « la Pêche à la truite ». C'est certainement le plus ancien et tout laisse supposer qu'il était exploité par les moines de St-Blaise.

Les ruines du second se trouvent dans le contre-bas après l'étang de la corbinière. "La Corbinière", c'est d'ailleurs également le nom de ce moulin qui était encore en bon état au début du XIX ème siècle.
Au XVIII ème siècle, il était la propriété de Monsieur CHEVALIER, meunier et Maire de Noyant la gravoyère. Il était alors actionné par l'eau de l'étang qui traverse la route à « la porte Marinière ».

C'est plus récemment que Fernand EVAIN, ancien ardoisier, syndicaliste, et premier adjoint au Maire de la commune de 1977 à 1999, a immortalisé ce moulin en écrivant ce poème.

"Le vieux moulin"

Blotti dans sa couverture de lierre,
Il dort et rêve, le vieux moulin.
Au bon vieux temps, où sa roue de pierre
Dans ses entrailles, écrasait le grain.

Huit siècles passés, les années qui s'en vont.
L'ingratitude et l'indifférence des hommes
Ont plissés les rides de son front
Majestueux, mais triste, il ne voit plus personne

Dans la froide brise du soir
Ou la fraîche rosée du matin
Sommeil calme et sans espoir
Il dort, le vieux moulin.

Fernand Evain
Ancien ardoisier et 1 er adjoint au Maire de 1977 à 1999.

 
Comuneo / eZPublish © Inovagora | Plan du site | Mentions légales | Crédits |
Menu haut Contenu Accessibilité Accueil Plan du site Rechercher sur le site Contact Mentions légales