Lundi 20 novembre 2017
Les vestiges d'une ligne téléphonique allemande

Pendant la seconde guerre mondiale, les allemands n'avaient rien laissé au hasard. La preuve, ils avaient installé une ligne de téléphone reliant Berlin à Rennes.

C'est en creusant les tranchées pour remettre en état le réseau d'évacuation des eaux usées que les ouvriers de l'entreprise COLAS ont retrouvé cette ligne téléphonique enterrée à 80 cm.

Les vestiges d'un cable de téléphone allemand Les vestiges d'un cable de téléphone allemand La ligne qui passait à Noyant partait du château d'Angers pour rejoindre un point relais à Pouancé. Elle continuait ensuite en direction de Rennes via Martigné-Ferchaud.

Les anciens se souviennent. A l'époque, c'est l'organisation TODT qui était maître d'oeuvre du projet. Les français réquisitionnés pour creuser la tranchée étaient rémunérés par l'entreprise "SACER".
Le Maire de Noyant, Monsieur GUYOT, n'avait pas accepté de fournir du personnel travaillant dans les ardoisières. Il s'était retranché vers les retraités.
Les allemands n'ayant pas accepté, ce sont des employés agricoles qui ont du se sacrifier.

 

Roger BALNOIS a fait parti des cinq réquisitionnés de l'époque. Il se souvient qu'il avait été affecté dans le Pouancéen.

« J'ai donné mon premier coup de pioche en partant du carrefour à la sortie de Vergonnes, en face chez PASCAL, le ferrailleur. J'ai terminé un peu avant Martigné. J'ai même gagné plus cher que mon camarade qui, lui, avait pris plus dur que moi car il avait rencontré du rocher. Nous étions convoqués individuellement pour toucher notre rémunération. Ainsi il n'y avait pas de contestation possible ».

Prosper CHEVALIER était également réquisitionné. Lui, a failli partir en Allemagne.

« La tranchée passait devant l'entrée de l'école. Un jour, un fermier a livré un chargement de fagots. Un des fagots est tombé dans la tranchée. Je me trouvais à proximité. J'ai été pris à parti par un allemand et soupçonné de sabotage. J'ai bien failli partir en Allemagne. »

Comme quoi, le temps passe, les souvenirs et les vestiges restent.

 
Comuneo / eZPublish © Inovagora | Plan du site | Mentions légales | Crédits |
Menu haut Contenu Accessibilité Accueil Plan du site Rechercher sur le site Contact Mentions légales